• Il y avait un mot que j'avais oublié, tu as su me le redonner, ce n'est autre que le verbe aimer.






    1 commentaire



  • ton grand pere est entrain de mourir, tout ça dit entre 2leçons d'espagnol.


                                                                            merci maman de ta délicatesse maternelle



    1 commentaire


  • ma plume est le poignard
    elle va te conter notre histoire
    c'est l'idylle qui chasse les regards
    qui ne vit qua dans le noire

    c'est le jeu de la vie
    c'est un cache-cache sans répit
    qui de nous deux va craquer?
    se dévoiler, et rien gagner

    un suicide en suspend
    une léthargie nous guettant
    méfie toi de l'eau qui dort
    je ne suis pas encore mort

    l'ésprit tourmenté
    je vais te hanter
    rien te laisser



    votre commentaire


  • les amitiés vont et viennent
    tout comme les problemes. Un peu fatiguée. je continue de lutter.
    Mais les conflits m'épuissent, mon caractere est se qu'il est .
    J'ai des prioritées mais on ne les comprends pas.
    J'ai aussi des reves et des envies. Je suis prete a les mettrent de coté pour certaine personnes.
    Mais qu'on m'en demande pas trop.
    qu'on ne me reproche pas d'aller voir ailleurs
    de vouloir rattraper des années de vie sans amis
    considérez moi comme l'élément perturbateur, qui fais exploser sur sa route les clans.
    parce que oui, j'aime pas ça. Parce que oui, j'aime aller voir les gens sans m'installer nul part.
    Les connaitrent, leur parler, mais garder mon independance.
    Sacrifier une amitié pour une autre. Parce que cette personne a une valeur enorme a mes yeux.
    Oui traiter moi de monstre, qui n'a pas de coeur.
    Mais les choix s'osent les faire, moi!
    s'ose les appliquer , quite a tout faire péter sur mon chemin. Je sais ou je veux aller, qui je veux garder, et qui detester, tout comme aimer.

    je suis crevée, d'essayer d'en garder.
    j'vais plus me cassé le cul. On m'accepte tel que je suis .
    J'aime autant le silence, qu'un bon délire entre potes.
    Mais qu'on arrete d'essayer de m'approprier.

    de m'enfermer ou de me garder.
    j'aime pas étouffer
    j'aime la liberté.


    votre commentaire

  • des murs fissurés
    comme notre amitié
    on en voit tous les jours
    s'écrouler comme des tours

    on a prit des chemins different
    pourtant nos drames étaient ressemblant
    nous étions enchainées
    a se maudit passé

    j'ai reussi a me libérer
    toute en essayant de t'aider
    mais la chaine n'ai jamais cassé
    alors s'est notre amitié qui c'est brissé

    les engueulades ont suivit
    le silence nous a mit en surcit
    égoiste je ne crois pas que je le suis
    pas plus que je ne te fuis

    les mots ont des ames
    je m'énerve et je les désarmes
    parce que la plaie selen c'est effacée
    tous comme le temps nous a oublié

    j'essaye de réparer le mur
    mais le travail est trop dure
    le poid des actes est lourd
    et le silence est sourd

    tu souhaitais me soutenir
    tu as fais que me faire perdre le sourire
    le terme vie privée existe
    aurais-je du te l'ecrire sur une liste?

    pour pas que tu t'en mele
    que nos vie s'en mele.
    Les cris ont jaillit
    les larmes n'ont eu aucun répit

    la corde sensible a était touché
    le mur c'est disloqué
    les blessures ont saigné
    mais j'aurais aimé te pardonner

    car tu commencais a me manquer
    mais... l'egoiste que je suis, ne sais plus ou elle en est
    car dans ta tete tu t'es mise l'idée que je ne voulais plus te rencontrer
    est ce vraiment la verité? je ne sais pas, mais le mal a était fait.







    2 commentaires